Aller au contenu principal

Gaston La Touche (1854-1913)

Gaston Latouche est né à Saint-Cloud en 1854 et restera fidèle à la ville où il occupe un atelier, bâti dans sa propriété du 31 rue Dailly, jusqu'à sa mort en 1913.

Gaston Latouche est né à Saint-Cloud en 1854 et restera fidèle à la ville où il occupe un atelier, bâti dans sa propriété du 31 rue Dailly, jusqu'à sa mort en 1913. Artiste autodidacte (ses parents sont propriétaires d'une petite épicerie à Saint-Cloud), il apprend seul à dessiner et à peindre ; Edouard Dantan lui donne quelques leçons de dessin. Gaston Latouche se rapproche des artistes de la « Nouvelle Athènes » et devient l'ami d'Edouard Manet. Il se lie aussi avec Emile Zola dont il illustre L'Assommoir.  Aux alentours de 1890, il rencontre Felix Braquemond qu'il considère comme son vrai maître. Il adopte alors les singeries, les fêtes galantes et autres sujets  « à la Watteau » inspirés du XVIIIe siècle. Dans sa palette dominent les tonalités claires, presque opalescentes, qui font son succès et lui valent des récompenses officielles au Salon des Artistes français.

G. Latouche

Les Quatre saisons, 4 panneaux peints à l'origine pour le ministère du commerce, sont finalement attribués en 1896 à la ville de Saint-Cloud. Le peintre offre deux ans plus tard à la ville le gigantesque panneau de La Paix et les 5 grandes toiles ornent aujourd'hui la salle des mariages. Dans l'escalier d'honneur, deux autres œuvres de Latouche sont visibles : il s'agit des Cygnes blancs et des Cygnes noirs, deux tableaux donnés par la veuve de Gounod à la ville.

L'artiste a aussi fait don à l'église Saint-Clodoald d'une Descente de croix peinte en 1896, accrochée dans la chapelle du Saint-Sacrement. Au début du XXe siècle, l'artiste est comblé d'honneur. Officier de la Légion d'honneur, il décède à 60 ans et tombe progressivement dans l'oubli. Au musée, plusieurs œuvres majeures de l'artiste peuvent être vues, comme La pêche miraculeuse, qui baigne dans une lumière diffuse ou le portrait à l'aquarelle de son ami Joseph Cirasse, qui montre combien Latouche était également un excellent dessinateur.