Exposition permanente

En ce momentPermanente au musée, l'exposition permanente est mise à l'honneur.

De quoi re-découvrir l'histoire de la ville de Saint-Cloud, dont voici un petit aperçu !

 

 

La ville et son château

AuHenri IIItrefois nommée Novigentum, la ville de Saint-Cloud doit son nom à saint Clodoald, saint patron de la ville, petit-fils de Clovis venu se réfugier sur cette colline pour fuir ses oncles, qui voulaient le tuer. Fait moine, il meurt en 560 et donne son nom à la ville et à ses habitants, les Clodoaldiens.

Le château de Saint-Cloud, au cœur de la vie de la cité, est le fil conducteur de châteaula visite. Sa première évocation, sous le nom de maison de Gondi, date du XVIème siècle et c’est en 1589 que le roi Henri III est assassiné par Jacques Clément, dans cette maison de Saint-Cloud. La maison passe de main en main avant d’être achetée par Louis XIV pour son frère, Monsieur, en 1658. C’est lui qui y fait les travaux des jardins, confiés à Le Nôtre et à Le Peautre, pour ce qui est de la Grande Cascade. Il agrandi également la bâtisse pour en faire un château, surnommé alors « Le petit Versailles ».

Fierté des Orléans, ce château devient ensuite la propriété de la reine Marie-Antoinette puis de Napoléon 1er, Louis XVIII, Charles X, Louis-Philippe et enfin de Napoléon III. Chacun laisse sa trace, jardins à la française, fête de Saint-Cloud, Lanterne de Démosthène, jardin du Trocadéro et jusqu’à l'incendie du palais impérial en 1870, durant la guerre qui oppose la France à la Prusse.Marie-Antoinette

Lieu de villégiature, campagne proche de Paris reliée à la capitale par le Pont de Saint-Cloud dès 1307 puis par le chemin de fer dès le milieu du XIXème siècle, Saint-Cloud est un lieu d’accueil de personnalités intellectuelles et artistiques, qui laissent leur empreinte sur la ville. Celle-ci est également célèbre pour sa fête foraine, au mois de septembre, installée depuis la fin du XVIIIème siècle.

 

 Les artistes clodoaldiens

Nombreux sont les artistes ayant habité Saint-Cloud et le musée possède une riche collection d’œuvres de ces peintres, sculpteurs, graveurs qui ont pour certains installé leur atelier à Saint-Cloud.

Pierre Duval Le CamusDuval Le Camus (1790-1854)

Pierre Duval Le Camus s’est investi dans la vie de sa ville en devenant Maire de Saint-Cloud en 1853, jusqu’à sa mort au cours de son mandat. Peintre de genre et portraitiste minutieux, il nous transmet notamment en détail l’évolution de la mode bourgeoise de son temps, dans des parcs et jardins où l’on reconnaît parfois le parc de Saint-Cloud.

RegnaultHenri Regnault (1843-1871)

Lauréat du prix de Rome, ce jeune peintre prometteur s’intéresse notamment à l’orientalisme, traduit dans ses œuvres par ses croquis et tableaux issus de voyages en Espagne. Engagé dans la défense de son pays durant la guerre Franco-Prussienne, il décède sur les hauteurs de Saint-Cloud, lors de la bataille de Montretout-Buzenval, en janvier 1871.

DantanÉdouard Dantan (1848-1897)

Fils de Dantan Aîné, sculpteur, Édouard Dantan s’attache à représenter la vie à Saint-Cloud, où il habite avec son épouse Élisa et ses 3 enfants. Pastelliste, peintre des ateliers, des rivages et des intérieurs normands, portraitiste, il laisse derrière lui un œuvre riche et varié, évocation de l’évolution de la ville et de la vie des artistes et petites gens.

CarrièreEugène Carrière (1849-1906)

Ami proche du poète Émile Verhaeren qu'il visite dans son appartement de Saint-Cloud, Eugène Carrière propose des œuvres à la frontière du symbolisme. Ses visages et ses corps sont comme happés par un fond brun et brumeux, enveloppant ses sujets d’une atmosphère étrange et surprenante.

 

La ToucheGaston La Touche (1854-1913)

Les sujets légers de Gaston La Touche lui valent le surnom de « peintre de la vie heureuse ». Il aime représenter les reflets du soleil sur l’eau et sur les corps de nymphes et de sirènes. Amusé par les singeries et les faunes, son univers tout en fêtes galantes nous emmène dans un XVIIIème siècle revisité par ses yeux de peintre du XIXème.

Jean ChiezeJean Chièze (1898-1975)

Jean Chièze est un artiste graveur qui s’intéresse beaucoup au quotidien des gens de son époque. Professeur de dessin, notamment au lycée de Saint-Cloud, il est amené à beaucoup voyager d’une région à l’autre, suivant les mutations qui lui sont imposées, ce qui enrichit son imagerie. Il illustre de nombreux livres et réalise également une série sur les saints Patrons, dont saint Clodoald fait partie.

Pour en savoir plus, c'est ici !

petit carré blanc

Conférence

Marie Antoinette

Marie-Antoinette, reine scandaleuse ?

Par Maxime Triquenaux, Doctorant en Littérature Française, Université Lyon 2

Samedi 1er octobre, à 16h30. Entrée libre, dans la limite des places disponible